doigt-boucheAprès une semaine indigeste aux relents UMP, à tous les repas, je me pose des questions sur cette image que nous renvoient les hommes et femmes politiques. Qui sont sensés voter les lois, qui sont sensés même les faire. Qui sont soi-disant érudits, ont fait pour la plupart les grandes écoles, et leurs enfants derrière eux. Que pensent-ils finalement des problèmes, des solutions, des réflexions, des idées, des administrés et de leur quotidien si différents du leur, en majorité ? Une élection, même pas nationale, ne rassemblant qu'une poignée de Français ; deux ex-æquo qui font la fine bouche et n'acceptent pas de perdre. C'est le gag, ils ont tous les deux gagné et tous les deux perdu !! Ça s'appelle un comique de situation. Il faut dire qu'ils ont fait fort.

Mais au-delà de l'amusement que ça me procure de voir l'UMP, qui s'est tellement gaussée des déboires de la gauche, couler dans son propre sang, au-delà, je me demande quel intérêt ont ces gens prêts à en découdre publiquement. Il semble qu'ils sont les seuls à ne pas voir qu'il y a un deux-en-un, et qu'il est temps de dissoudre. Et que surtout plus de la moitié des Français s'en fout et que l'autre moipincemitié a honte pour eux.

A l'époque les femmes du PS avaient fait également grand bruit. C'est très infantile tout ça. Très gaguesque aussi. Un Vaudeville, poussière sous le tapis, amant dans le placard, retournement de situation in-extremis. C'est tellement bien fait qu'on dirait qu'il y a un scénario ; une série B.
Et pourtant c'est simple à comprendre c'est le pouvoir. L'envie puis l'acquisition du pouvoir ça vous change un homme. Valérie, Audrey ou Carla vous le diront mieux que moi, chacune à leur manière. Et puis on sait maintenant que les grands singes aussi ont leur crise de la quarantaine… Ça passera comme le reste et tant mieux.

Ceci dit, on a quand même bien rigolé !